La Collection « Saisons de vie » : concept et structure-type

Capture d’écran 2015-09-20 à 13.17.48
Comme on s’en explique dans le comparatif entre les deux formules, l’offre Saisons de vie se démarque essentiellement d’une biographie « intégrale » par le fait qu’il s’agit, dans notre cas, d’un récit se focalisant sur certains moments précis de la vie du biographié.

Concrètement, dans notre formule standard (hors choix de compléments optionnels, donc) les 4 parties de récit à proprement parler (les « saisons ») sont complétées de 3 textes qu’on qualifiera de « transversaux ». La structure est dès lors la suivante :

1. Préface

L’ouvrage débute par une brève préface, expliquant le contexte de la démarche et les motivations de son initiateur (sachant que celles-ci sont évidemment propres à chaque biographié). 

2. Synthèse de vie

Il se poursuit avec un survol du parcours du biographié, sur quatre ou cinq pages, comme en « traitillé ». Ainsi qu’on l’aura compris, ce second texte ambitionne de respecter deux impératifs en apparence contradictoires, soit de couvrir l’ensemble de la vie du biographié, d’un côté, et de le faire en une petite vingtaine de paragraphes seulement, de l’autre… 

3. Quatre épisodes biographiques

Suivent les quatre épisodes biographiques à proprement parler. A leur propos, on peut dire ceci :

  • La formule standard veut que chacun de ces épisodes tienne en 10’000 signes environ (sans espaces), soit 40’000 signes environ au total. A titre purement indicatif, cela équivaut à environ 10 pages par saison.
  • Il est suggéré que ces épisodes renvoient à quatre « âges » de la personne (littéralement, quatre « saisons de vie »). Typiquement : l’enfance, l’état de jeune adulte, la « fleur de l’âge » et la maturité. Il est cependant possible d’envisager quatre moments répartis différemment, voire même, pourquoi pas, de s’affranchir de cette dimension chronologique (en jouant davantage sur la dimension spatiale, par exemple, via quatre lieux habités successivement, par hypothèse).
  • Chacun de ces récits insistera sur une anecdote, un événement concret (dont on trouvera reflet dans le titre de la « saison »). Il s’agira donc de rompre avec le style plus « aérien » de l’introduction, couvrant – dans une approche forcément très synthétique – l’ensemble du parcours de vie de la personne. Par contre, il importera que chacun de ces récits anecdotiques trouve clairement un « point d’ancrage » dans ce cursus introductif, de sorte à ce qu’on le situe sans mal dans l’existence du biographié.
  • Notons enfin qu’il peut être intéressant, pour la cohérence de l’ouvrage, de dégager un « fil rouge », un « angle de vue » qui soit commun aux quatre anecdotes, par-delà les « âges » (ou les lieux, ou tout autre critère de découpage entre les quatre chapitres, encore une fois). Si une telle approche (totalement facultative, quoiqu’encouragée) est adoptée, elle pourra aller jusqu’à se retrouver au niveau du titre (ou du sous-titre) de l’ouvrage. La mini-biographie en question sera, du coup, une manière de dégager un trait de personnalité – ou toute autre constante – ayant marqué dans la durée l’existence du biographié. Le caractère unique, éminemment personnel de l’ouvrage s’en trouvera encore accru…

4. Conclusion

Enfin, au terme de la quatrième anecdote (voire plus, si un complément est sollicité), on proposera une conclusion, de longueur à peu près comparable à la préface. 

 

CONTACT